La sécurité dans l’industrie canadienne des pâtes et papiers : Une révolution numérique

Écrit par Emilie Filion le 29 novembre 2017

L'industrie canadienne des pâtes et papiers emploie directement plus de 61 000 travailleurs, génère 3,5 milliards de dollars en salaires (1) et plus de 17 milliards de dollars en exportation (2). Protéger les employés et les sous-traitants de cette industrie qui effectuent un travail dangereux n'est pas seulement une obligation éthique de l'employeur, mais aussi un objectif qui repose sur une solide justification économique.

Au fil du temps, grâce à l'innovation et aux essais et erreurs, l'industrie des pâtes et papiers a apporté des améliorations vitales pour protéger ses travailleurs et les rendre physiquement plus en sécurité dans les usines de fabrication et de transformation.

Certaines de ces innovations résultant de la révolution numérique obligent les entreprises de l'industrie du papier à ajuster leur planification et stratégies. Toutefois, ce même progrès technologique permet également aux entreprises de réduire plus facilement les risques pour la santé et la sécurité, en particulier ceux liés à la sous-traitance.

forestry-wood.jpg

La sous-traitance est un défi unique, car ces travailleurs ne sont pas immergés dans la culture santé-sécurité de l'entreprise et ils n'en ont pas toujours une qui leur est propre. Les employeurs doivent prendre des mesures supplémentaires pour veiller à ce que les sous-traitants soient pleinement qualifiés et formés aux mesures de sécurité. Des mesures de contrôles et des procédures de vérification sont ainsi ajoutées au processus de sélection pour s’assurer de la conformité des sous-traitants embauchés.

 

La sous-traitance et la santé-sécurité

Sans effort administratif important et fastidieux, il n'y a aucun moyen de garantir que ces sous-traitants sont choisis parmi un groupe de travailleurs qualifiés et bien formés qui maintiennent leurs certifications à jour et en règle.

S'assurer que tous les sous-traitants sont autant en sécurité sur le lieu de travail que les employés réguliers implique une surveillance continue. Cela exige que les gestionnaires effectuent régulièrement des entrevues détaillées avec chaque travailleur externe concernant leur rendement en matière de santé et sécurité; qu’ils réalisent des vérifications régulières des compétences et des documents pour s'assurer qu'ils sont toujours à jour en ce qui concerne les règlements et les certifications;  qu’ils analysent tous les risques avant qu'un travail ne soit commencé; et qu’ils créent un moyen pour tous les travailleurs d'inscrire dans une base de données les quasi-accidents pour ainsi signaler tous les dangers en cours.

L'absence d'un cadre solide en santé-sécurité peut avoir des conséquences majeures sur les opérations de l'usine, exposant les travailleurs, autant les sous-traitants que les employés, à des risques évitables pour la santé, et l'entreprise à des risques au niveau de leur responsabilité et d’atteinte à la réputation.

 

Comment la technologie peut aider

La vérification des profils des travailleurs est en elle-même une tâche incroyablement longue, lourde et souvent coûteuse. La révolution numérique, bien qu'elle soit à certains égards un antagoniste de l'industrie des pâtes et papiers, peut être un allié important dans la réduction des coûts associés aux vérifications liées aux sous-traitants et simplifie grandement le processus. Au fil du temps, cela protège non seulement l'organisation, mais peut aussi sauver des vies.

L'industrie des pâtes et papiers continuera inévitablement de faire face à l'économie numérique. Cependant, en matière de sécurité, les fabricants peuvent utiliser les progrès technologiques pour minimiser les dépenses inutiles et atténuer les risques commerciaux. Ultimement, faire de la santé-sécurité une priorité absolue nécessite un changement de culture. Cette nouvelle façon de penser place la gestion des risques liés à la sous-traitance au centre de la stratégie de l'entreprise.

Leader canadien de la gestion des risques et de la conformité des sous-traitants, Cognibox offre l'une des solutions les plus souples et les plus complètes du marché. Plus de 125 entreprises en Amérique du Nord utilisent Cognibox pour gérer les risques des sous-traitants spécifiques à leur secteur d'activité.

Notre solution clés en main offre une combinaison d'expertise, de logiciel, de formation ainsi qu'un éventail complet de services d'impartition et de soutien administratif.

  1. https://scf.rncan.gc.ca/profilstats/emploi/ca?lang=fr_CA
  2. http://www.fpac.ca/fr/industrie-forestiere-canadienne/produits-forestiers/
Complete Guide: How to manage outsourcing efficiently
Emilie Filion
Emilie Filion

Emilie se fait un devoir d’aligner les stratégies, les ressources et les processus pour toujours livrer des projets de qualité qui donnent les résultats escomptés. Chez Cognibox depuis près de 10 ans, Emilie se spécialise dans la gestion de projets d’envergure en plus du développement de marché. Intègre, axée sur les résultats et dotée d’une grande éthique de travail, son expertise l’amène maintenant à guider les entreprises multinationales dans l’évolution de leurs pratiques d’affaires pour diminuer leur nombre d’accidents et atteindre les plus hauts standards en matière de santé et de sécurité. Curieuse et reconnue pour son insatiable besoin d’apprendre, elle est toujours prête à relever un nouveau défi. Véritable leader, Emilie mène avec brio chacun de ses projets.

Ces articles pourraient vous intéresser
La sécurité dans l’industrie canadienne des pâtes et papiers : Une révolution numérique

La sécurité dans l’industrie canadienne des pâtes et papiers : Une révolution numérique

Publié le 29 nov. 2017

L'industrie canadienne des pâtes et papiers emploie directement plus de 61 000 travailleurs, génère 3,5 milliards de dol...

6 raisons pour lesquelles la technologie améliore votre gestion de la sous-traitance

6 raisons pour lesquelles la technologie améliore votre gestion de la sous-traitance

Publié le 20 oct. 2017

Digitalization, industrie 4.0., infonuagique, cloud computing, Internet des objets, etc. sont des termes de plus en plus...

Pourquoi privilégier une application web adaptative (responsive) plutôt qu’une application mobile native?

Pourquoi privilégier une application web adaptative (responsive) plutôt qu’une application mobile native?

Publié le 28 sept. 2017

Dans le cadre de la conception d’un logiciel, il y a une multitude d’éléments à considérer. Une réalité qui est maintena...

Commentaires (0)